Théorie en plongée sous-marine pour les plongeurs

     plongée
Accueil arrow Le Secourisme arrow Arrêt Cardiaque
Arrêt Cardiaque
La victime ne respire plus. La victime ne parle pas, ne réagit pas et ne ventile pas...
Il est impératif de réaliser des gestes de secours promptement : la réanimation cardio-pulmonaire permet d'apporter de l'air aux poumons et de maintenir une circulation sanguine dans l'attente des secours.

L'alerte doit être donnée sans tarder ; l'état de gravité de la victime doit être bien précisé.


Si La victime est inconsciente :
  • Dégrafer ceinture et col
  • Basculer prudemment la tête en arrière : paume de la main sur le front, élever le menton
  • Ouvrir la bouche et retirer les corps étrangers, le cas échéant
  • Ces gestes permettent d'assurer la liberté des voies aériennes

Apprécier La respiration pendant 10 secondes au plus :
  • La victime ne respire plus si on ne perçoit pas de :
    • Soulèvement du thorax ou de l'abdomen
    • Souffle ou de bruit dû à l'expiration de la victime
  • Il faut alors faire donner l'alerte immédiatement

La ventilation est absente :
  • Pratiquer immédiatement 2 insufflations
  • Le thorax de la victime doit se soulever
  • Ensuite, un contrôle sur 10 secondes au plus doit alors porter sur la survenue de toux, de mouvements de la victime ou de reprise de respiration spontanée
  • Si aucun des ces signes n'est constaté, il faudra pratiquer un massage cardiaque associé à une ventilation artificielle

Le massage cardiaque :
  • La victime doit impérativement être placée sur un plan dur, en position horizontale
  • Ecarter le bras de la victime à la perpendiculaire du corps
  • Se placer à genoux, contre le torse de la victime, à cheval sur le bras précédemment écarté
  • Déterminer la zone d'appui :
    • Les majeurs sont placés à chaque extrémité du sternum
    • Les pouces se rejoignent au milieu
    • On obtient donc deux zones de taille identique
    • La zone d'appui est située sur le haut de la moitié inférieure
  • L'appui sur le thorax doit se faire :
    • Sur le sternum
    • Strictement sur la ligne médiane (jamais sur le côtes)
    • En prenant garde à ce que seul le talon de la main (zone orange) située en dessous soit en contact avec la zone d'appui
  • Les compressions doivent s'effectuer en gardant les bras tendus et verticaux
  • On réalise 15 compressions puis 2 insufflations (et ainsi de suite) à une fréquence de 100 compressions par minute environ
  • Toutes les minutes : on effectue un contrôle similaire à celui réalisé après les 2 premières insufflations

Le nourrisson (moins de un an) :
  • Chez le nourrisson, la conscience s'effectue par le contrôle du tonus (par des chatouillements, en tapotant la joue...)
  • La ventilation artificielle est réalisée au moyen du bouche à bouche-et-nez (la bouche du sauveteur entoure complètement la bouche et le nez du nourrisson). Le volume des insufflations est bien moindre que chez l'adulte
  • Les compressions thoraciques s'effectuent sur le tiers inférieur du sternum
  • Le cycle est de 5 compressions pour une insufflation
  • Toutes les minutes : on effectue un contrôle similaire à celui réalisé après les 2 premières insufflations

L'enfant (plus de un an) :
  • Avec un enfant, la technique des insufflations est similaire à celle pratiquée sur l'adulte, en adaptant néanmoins le volume à la corpulence
  • S'agissant des compressions, elles se réalisent avec le talon d'une seule main, toujours à une fréquence de 100 par minutes
  • Le cycle est ici de 5 compressions pour une insufflation (comme pour le nourrisson)
  • Toutes les minutes : on effectue un contrôle similaire à celui réalisé après les 2 premières insufflations

Cas particuliers :
  • La victime réagit aux deux insufflations mais ne respire toujours pas
  • Le sauveteur devra effectuer seulement des insufflations pendant une minute (soit environ 12 chez l'adulte et 20 chez l'enfant ou le nourrisson).
  • Après une minute, rechercher à nouveau les signes de circulation

Le sauveteur est seul avec la victime :
  • Victime adulte : alerter immédiatement les secours après constatation de l'arrêt de la respiration
  • Enfant de moins de 8 ans ou victime d'une noyade ou d'un intoxication : réaliser une minute d'insufflations / compressions thoraciques (ou d'insufflations seulement), avant d'alerter les secours
  • Le ventre et la poitrine de la victime ne se soulèvent pas lors des deux premières insufflations :
    • Ouvrir la bouche et re-contrôler la présence éventuelle d'un corps étranger, si nécessaire, le retirer avec les doigts
    • S'assurer que la tête de la victime est correctement basculée en arrière
    • Si les insufflations demeurent inefficaces, commencer immédiatement des cycles de 15 compressions et 2 insufflations (vérifier l'intérieur de la bouche avant les insufflations, et ce, à chaque cycle)
 
< Précédent   Suivant >